9 févr. 2015

Explication des JE SUIS

Je suis tombée sur un article de blog plutôt blessant envers notre livre “Je suis une princesse” aux éditions Bilboquet, jugé sexiste.

Alors, je tiens à le dire au cas où, je ne suis pas sexiste et l'auteur non plus!

Ces petits livres, comme beaucoup de caricatures, sont à lire au second degré. Nous nous sommes calqués sur des enfants qu'on connaît, d’ailleurs la petite princesse est fortement inspirée de mon neveu.

L'objectif de la collection étant de rire et de retrouver certains traits des enfants qui nous entourent, sans jugement, juste pour sourire. :)

Dans tous les cas on heurte la sensibilité, et les croisades de chacun… Et comme on dit, on ne peut pas plaire à tout le monde.

Il y a peu de temps ne parlait-on pas du fait qu'il ne fallait pas faire d'amalgames ?
Il y a bien tout un tas de romans pour filles ados qui parlent d'amour et de paillettes. Non la petite princesse ne rentre pas dans la catégorie fille = rose, elle cherche juste à faire rire par l'intermédiaire d'un personnage imaginaire, et à rappeler des actes classiques de nos enfants.

Ces livres partent du même principe que les guides de quarantaine, guide des nouveaux mariés etc, ce sont des caricatures, la princesse montre un enfant qui profite un peu de ses parents qui sont souples (il faut pas le cacher, on a des enfants qui savent très bien nous manipuler pour avoir ce qu'ils veulent avec un sourire et des mots doux et on cède facilement quoi qu'on en dise) car ils aiment leur enfant, et même si parfois il est un peu chipie on l'aime tel quel, on l'aime malgré son caractère (4eme de couv du livre). On en rigole l'espace d'une lecture. 
Le seul message, est là, c'est qu'on a affaire à ce comportement X mais on l'aime tel qu'il est notre enfant, car c'est son caractère qui fait ce qu'il est, un petit roi ou un casse-cou.

Ou alors peut être que le fait qu'on en fasse un album jeunesse est un mauvais choix et qu'on aurait du voir plutôt dans une BD ? je ne sais pas, le fait est qu'on a choisi d'en faire un livre.

Prenez ces livres simplement pour ce qu'ils sont, un cadeau à offrir à des amis pour rire du comportement de leurs enfants, et c'est tout. Ne cherchez pas autre chose, lisez-les en famille, taquinez votre gamin et rigolez!! (ou pas hein, chacun à un humour différent!)

On y a mit notre coeur dans ces livres, on s'est amusé a trouver des petits caractères, et moi à trouver un look bien spécifique pour pousser à fond le délire du personnage princesse et vampire et une déco/couleurs des planches qui va avec le personnage...on a pas cherché a trouver de la colère, juste un sourire :)

Mais encore une fois, chacun ses goûts et je comprends tout à fait! C'était peut être maladroit, mais ce n'était pas du tout un but d'entrer dans un débat sexisme, féminisme avec elle, je suis la première a critiquer une pub avec une fille nue pour présenter une paire de chaussures.... On voulait juste faire un exemple mignon d'un enfant, à travers un personnage imaginaire.. enfin DES exemples parce qu'il n'y à pas qu'elle, il y a aussi le Vampire qui est sorti en même temps qu'elle!
Et si vous n'aimez pas, eh bien ne l'achetez pas :)


Pour information : 
La princesse = enfant roi chipie
Le vampire = enfant espiègle


edit : j'ai oublié de mentionner, qu'on avait prévu les variantes de sexe opposé avec d'autres délires pour chaque personnage.





1 commentaire:

  1. J'ai découvert votre ouvrage par le biais des librairies Citrouilles, qui, il faut l'avouer, n'ont pas du tout aimé votre travail. Je n'ai pas feuilleté votre livre mais quand j'ai vu les quelques pages disponibles, j'avoue, moi non plus je n'ai pas aimé du tout. Cela m'a tout de suite fait penser à la collection "p'tite fille" et "p'tit garçon" de Fleurus qui, à mon sens véhicule beaucoup, beaucoup de clichés et qui est lu au premier degré je pense, par la majorité des lecteurs. Dans cette collection, les garçons vivent de véritables aventures, toujours dans un style très viril (conduire un tracteur, un camion de pompiers, une moto) avec une absence des filles ou des filles très passives. Quant aux petites filles, elles se contentent de jouer : à la fée, à la princesse, à la marchande, voire même jouer à faire le ménager… Lorsque l'on lit un seul pan de la collection, la version fille ou garçon, cela ne saute pas forcement aux yeux mais quand on étudie l'ensemble des titres, on est un peu atterré.
    Pourtant, en lisant votre billet, je comprends que votre intention était tout autre. Pour autant, j'avoue que je n'adhère pas beaucoup plus. Votre intention ne m'a pas sauté aux yeux.

    Vous expliquez que vous vous êtes inspiré de votre neveu. hélas, je trouve difficile de lire votre livre avec un petit garçon qui sera rebuté par le contexte très glamour de votre petite princesse ;o). Je fais beaucoup d'efforts pour éviter de véhiculer des clichés mais mon fils adopte aussi les comportements de ses petits camarades d'école qui, bien sur, détestent le rose par exemple !
    Ensuite, je ne saisis pas (mais je n'ai pas lu le texte complet !) le rapport entre la notion de princesse qui s'apprête, se fait belle et celle d'enfant roi qui est plutôt dans l'exigence et les ordres.

    Ce que j'aimerai beaucoup lire avec mon fils, ce sont des livres vraiment décalés sur ce sujet pour pouvoir vraiment en rire et en parler, quelque chose qui sorte des clichés en s'appuyant pourtant dessus, par exemple : un petit garçon qui jouerait les princesses (je n'ose pas imaginer, bien que je trouverai cela formidable, qu'il soit habillé en princesse, seulement qu'il ait un comportement un peu précieux), une petite fille qui voudrait être camionneur plus tard, etc… après il y a déjà "Talents Hauts" qui joue dans ce registre, mais cela fait bien peu !

    En tout cas, je suis ravie d'avoir pu trouver sur le site de Citrouille un lien vers votre billet et je vous souhaite de beaux projets dans la littérature enfantine.

    RépondreSupprimer